Quand nos amis de toujours, vieux compagnons de rando nous appellent pour nous demander: « ça vous dit de nous rejoindre dans l’Ariège ? », nous lâchons tout et nous téléportons instantanément à Castillon en Couserans.

Pour différentes raisons dont la principale est qu’il y a 15 ans, nous l’avons faite avec peu de visibilité, notre choix se porte sur le Pic de la Calabasse. En plus, ça me permet de refaire cet article en actualisant le parcours qui s’est totalement perdu depuis Saint-Lary.

Ce sommet a été rebalisé au départ de Frechendech, mais nous décidons malgré tout d’y grimper par le vieux sentier qui part non loin de Saint-Lary (le village ariégeois, pas le Saint-Lary-Soulan du 65 😜) et de faire la grande boucle qui revient par le col de Consires (tant qu’on y est 😜).

Nous nous retrouvons aussitôt en mode cochons sauvages à la recherche du bon layon, dans un sous-bois sombre et abrupt où le sentier n’est plus qu’un vague souvenir. On fait carrément du quatre pattes par moments 🙂
Un petit demi-tour au pied du rocher de l’Âne  car nous sommes monté trop haut et nous retrouvons enfin le gué sur la cascade, en bon état (ouf!). Nous rejoignons ensuite facilement le col de l’Herbe Soulette après avoir suivi une vieille piste et franchi une barrière électrique, pour gravir la rude crête jusqu’au sommet, dré dans l’pentu, à l’ariégeoise.
Le retour qui suit le sentier du tour du Biros est un peu mieux entretenu (quoique…), avec des tapis de myrtilles bien mûres, puis, après avoir franchi le col de Consires, nous revoilà en mode cochons sauvages au milieu des fougères, jusqu’à Cote de Roc. La suite est plus évidente sur une piste forestière. Il faut malgré tout faire attention car après avoir descendu un lacet rive gauche du torrent, il faut à nouveau chercher le gué pour traverser le ruisseau. Un petit cairn indique la sente à prendre.

Bref, je vous recommande de prendre le sentier qui part de Frechendech, c’est plus prudent car cet ancien itinéraire demande une bonne connaissance de l’orientation. 1300m pour le bon sentier, 1279m pour le vieux sentier invisible, à vous de choisir.

Les six premières photos datent de 2006, lors de notre dernière ascension du sommet. Nous étions alors montés pour ne pas voir grand chose. Du coup cet article a été refait en juillet 2008. Bonne rando.

 

 

A col de Consires, thalasso pour chevaux 😉